En savoir plus

Aurore Ugolin

Mezzo-soprano

Aurore Ugolin débute très tôt l’apprentissage de la musique par l’étude de la clarinette. Après l’obtention d’une licence de musicologie, elle part étudier le chant aux États-Unis (Montclair State University). A son retour elle est admise au Conservatoire de Paris, y obtient son prix en 2004, puis intègre le cycle de perfectionnement. Rapidement après sa sortie du conservatoire, elle interprète un rôle qui va la mener sur les grandes scènes lyriques internationales : Didon dans Didon et Enée de Purcell dans la mise en scène « chorégraphique » de Sasha Waltz (DVD Arthaus Musik). Ce spectacle créé à Berlin (Staatsoper) en 2005, a depuis permis à Aurore Ugolin de se faire entendre dans ce même rôle lors des très nombreuses reprises, tant en France qu’au Luxembourg, en Italie, en Allemagne, en Hollande, en Grèce, avant les Etats-Unis et l’Australie…

 

Son début de carrière est également marqué par les rôles de Mercedes dans Carmen à Montpellier, Zulma dans L’Italienne à Alger (direction Alain Altinoglu), mais aussi Carmen et Rosine. En 2005 elle interprète le rôle principal dans l’opéra du compositeur Jean-Luc Trulès, Maraina (spectacle repris ensuite à La Réunion puis à Paris). Elle chante le rôle du Tambour dans Der Kaiser von Atlantis de Ullmann à Caen et au Luxembourg, puis la partie de mezzo–soprano dans Hydrogen Jukebox de Philip Glass à l’opéra d’Angers-Nantes. Elle se fait entendre à Nancy dans Trouble in Tahiti de Bernstein et dans l’Enfant et les Sortilèges de Ravel. Elle chante le rôle de Lucienne dans Die Tote Stadt, toujours à l’Opéra national de Lorraine.

 

Très sensible à la musique contemporaine, elle poursuit sa collaboration avec le compositeur Jean-Luc Trulès lors de la création de son nouvel opus Chin (rôle de Rezeda) puis participe à la création de l’opéra Libre Echange de Benjamin Hamon, et dans le cadre d’une tournée en France elle chante dans La Maison qui Chante de Betsy Jolas.

 

Plus récemment, on a pu l’entendre dans Mercedes dans Carmen à Toulon, la reprise de Trouble in Tahiti et l’Enfant et les Sortilèges à Caen. Elle était Margaret dans Wozzeck dans les opéras d’Avignon, Reims, Rouen et Limoges. Elle a chanté de nouveau La Maison qui chante lors d’une tournée qui se prolonge lors de la saison 2013-2014 à Monaco et en région. Toujours durant la saison 2013-2014, elle se produit en concert à l’Académie de France de Rome, reprendra le rôle titre de Didon et Enée mis en scène par Sacha Waltz à Munich, Berlin et à Sydney.

 

Au concert, elle a chanté sous la direction de Kurt Masur dans la Passion selon Saint Matthieu à la Cité de la musique et à Radio France, puis lors de la Folle Journée de Nantes 2013 (programme Debussy et De Falla) et s’est faite entendre dans un programme Schubert avec le Paris Mozart Orchestra dirigé par Claire Gibault. Elle fait partie avec l’altiste Tristan Dely et le pianiste Olivier Yvrard du Trio Schneeweiss, qui aborde entre autres les oeuvres de Loeffler, Bridge et Brahms.

 

Lors de la saison 2014-2015, elle chante Malika dans Lakmé à l’Opéra de Toulon, elle participe à la création de l’opéra pour enfants Courte longue vie au grand petit roi en tournée en France, elle reprend le rôle de Didon à Berlin et chante de nouveau en concert avec le Paris Mozart Orchestra.